Nos programmes

 

 

 

L’APPEL continue, en France et dans le monde, à maintenir sa vocation première d'aide aux jeunes en difficulté : aide au logement, au permis de conduire, à la scolarité et aussi une aide pour le financement de voyages solidaires de découverte. Elle continue d'être le support technique voire financier d'actions menées notamment par conventionnement avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Nous pensons ici à l'activité radio, à l'organisation de séjour d'été itinérants de l'activité premier secours, etc...

 

Cela s'inscrit dans son histoire. L'APPEL a développé par le passé des activités importantes :

- d'insertion par l'économique : chantiers associatifs second œuvre du bâtiment et forestage, création d'une SARL Gard Eco Forestage qui a fonctionné plus de 20 ans, réussite exemplaire, même si elle a du disparaître pour des raisons économiques, etc.

- de formation : stages d'insertion en collaboration avec le Fond Social Européen, action sur l'illettrisme, etc

 

 

C'est donc naturellement que lors du premier "départ jeunes » à l'étranger, une action soutenue par ce qui est maintenant la Protection Judiciaire de la Jeunesse et dans le cadre de Solidarité Sénégal, ... l'APPEL a été sollicitée autant pour son aide technique que pour un engagement financier.

Depuis l'APPEL a toujours été présente dans ce secteur et ses engagements se sont élargis, avec une participation de plus  en plus active aux projets menés par nos amis de Solidarité Sénégal (Historiquement, par exemple, en développant l'activité des pécheurs dans la Casamance).

Par ailleurs il y a maintenant plus de 12 ans, se sont rajoutées des missions solidaires d'adultes à l'étranger.

L'APPEL a toujours très active en ce domaine. Privilégiant l'esprit de ses statuts elle a priorisé tout ce qui touchait à l'éducation : la construction de classes, le développement de l’école primaire de Djilacoune et surtout l'aménagement du collège de Coubalan : classes, bibliothèque, salle informatique, cantine, jardin alimentaire etc... Au point qu'aujourd'hui celui-ci va devenir lycée. Notre dernier travail en collaboration étroite avec Solidarité Sénégal, a concerné l'école maternelle de Djillacoune toujours en participation étroite avec les casamançais.

Beaucoup de micro-actions ont aussi été menées dans la commune de Djillacoune, en collaboration avec d'autres associations : réalisation des jardins potagers, actions sur la santé avec la réfection des cases santé, de la maternité et peut être et surtout par la transmission de conseils sanitaires, ... en particulier au niveau des bébés et des enfants,

L'APPEL en propre , grâce au soutien du Secours Populaire de Pertuis, a pu financer les sanitaires du collège de Coubalan et un puits dans l’île de Wendaye.

Bien sûr,... notre activité fut si prenante qu'il est impossible de tout citer. Comment ne pas parler de ces contacts, de ces liens d'amitié tissés peu à peu entre nous et à l'étranger, de toutes ces relations individuelles si riches crées au fil des échanges ? Elles sont pourtant d'une importance capitale tant au niveau des jeunes que des adultes.

 

Depuis 2016, l'APPEL organise ses voyages en toute autonomie. Nous avons découvert un peu mieux les îles de la Casamance en début d'année 2017.

 

Nous sommes partis chaque fois avec entrain et il est  important de préciser que chaque fois, chaque adulte sans exception, a payé intégralement son voyage, Cela s'inscrit donc de façon renouvelée, comme un vrai engagement personnel et militant. C'est un travail de conviction de haute tenue, auquel nous vous convions en toute fraternité. 

BILAN 2018

 

 

Réalisé par M.CHAPUIS, éducatrice STEMO de Nîmes à l’initiative du projet

 

  Atelier ART THERAPIE à la MDA :

    les mercredis de 14H à 16H30

 

 

Intervenante dans l’animation de l’atelier : Clémence SELLINCOURT, Art thérapeute,

Educatrice du STEMO de NIMES présente lors des séances : Myriam CHAPUIS

 

Historique :

 

Avant que le projet soit validé et financé, Clémence a vu en atelier individuel un jeune très connu de notre service et suivi pour 9 mesures au pénal (dépendance aux stupéfiants - notification MDPH - incarcérations multiples - Adoption avec une lourdeur familiale).

Il estimait inopportun de voir un psychiatre ou un psychologue et compromettait son obligation de soin.

 

Au vu de son profil et de sa personnalité, Clémence l’a rencontré en notre présence dans un café (difficulté à tenir en place dans un bureau).

Par la suite 7 séances adaptées à son profil et à ses motivations ont pu être honorées, avec notre accompagnement (04, 21, 28/10/2016, les 22, 30/11/2016, 3/12/2016 et 04/01/2017).

Elles lui ont permis de se poser à la MDA, de créer du lien, de l’ouvrir sur des temps créatifs intérêt pour la musique), avec un espace de parole rendu possible pour faire cheminer ses pensées.

Ce lieu a été investi avec le constat d’une mobilisation seul pour venir consulter l’ordinateur mis à disposition du public et pour rencontrer une fois M. BASTIEN, référent santé de la MLI.

 

Clémence a ensuite suivi 2 jeunes filles soit 14 séances animées par cette professionnelle, avant la validation du projet.

 

Puis les séances sont devenues collectives à partir de septembre 2017.

 

 

 

 

Thèmes et consignes abordés lors des séances

 

- représentation de soi : « Je me vois comme... »

- Représentation de la liberté (buste dessiné - collage sur leur représentation - liste de mots à choisir...).

- Du cocon au papillon : leur représentation leur permettant de voir comment ils se perçoivent.

- Représentation d’un personnage monstrueux, dérangeant

- Représentation de leur désir et de leur manque

- Représentation de la médaille qu’il pourrait s’attribuer

- Représentation de l’île où il (elle) se sent bien

- Projection de ce qu’ils imaginent derrière une serrure dessinée

- projection dans le cosmos, dans une autre planète avec un animal imaginaire choisi en photo

- Dessin de ses deux mains avec des mots pour signifier ce que l’on aimerait recevoir sur l’une et donner de l’autre.

- Photo prise d’eux avec une émotion qu’il désire montrer - photo ressortie et collée pour la retoucher et y inscrire des mots.

- Sur un buste cartonnée, des phrases à terminer, « je suis une couleur, je suis comme.... avec un travail de création

- Dessin effectué les yeux fermés - découpage des formes repérés et organisation en lien avec leurs perceptions.

- Une boule de cristal dessinée  pour les amener avec différents supports à se projeter dans l’avenir

- Autoportrait

- Ouverture sur une fenêtre dessinée pour une projection sur l’extérieur – morceau de papier avec une phrase indiquée pour être aidé à imaginer un décor – 1 2ème papier est tiré en cas de difficulté.

- Choisir 3 mots puis un titre pour créer une affiche de cinéma avec un titre, nom des acteurs et réalisateurs.

- Dessiner le téléphone portable que vous aimeriez avoir (créer ses nouvelles fonctions).

- Imaginer derrière une serrure dessinée sur une grande feuille ce qui pourrait être représenté

- En octobre 2018, thème en lien avec les principes des droits de l’enfant / anniversaire de la convention internationale - vernissage le 22/11/2018

-Découpage et collage / magazines pour représenter ce qui leur correspond sur un buste dessiné.

-Peinture sur du carrelage - thème « oxygène » - utilisation de différents outils (brosses – brosses à dents, seringues…).

- Création d’une paire de chaussures (en vue d’une commercialisation) et en imaginant qui la porte.

- Dessin d’un ordinateur représenté pour inviter les jeunes à créer un avatar de jeu avec ses points forts, ses points faibles, son nom...

- En partant de ce que les jeunes aiment (couleur, saison, pays, animal, lieu géo, plat, sport, odeur...), ils écrivent : Comme le (couleur), j’aime …...... , puis découpage au ciseau des différentes phrases puis des mots en enlevant « comme ». Sur une feuille de dessin, il reconstitue des phrases avec ce qu’ils ont et cela devient un poème qui les conduit à passer au dessin... Puis lecture chacun de son poème et celui des autres.... 

 

 

Effectifs - type de suivis - unités représentées :

 

28 jeunes (8 filles - 20 garçons) sont passés à l’atelier (9 en CJ - 8 en LSP - 6 en réparation - 5 en MJIE). 

Quand on a des jeunes suivis sur une courte durée (MJIE 5 mois et Réparation 4 mois) cela rend nécessaire après leur départ de trouver d’autres participants.

13 jeunes relèvent de l’unité C.C, 6 de l’EPEI, 4 des « Arênes », 3 de Via Domitia, 1 du CEF et 0 de l’UEAJ.

 

Profil des jeunes :

 

Le public proposé par les collègues a de 13 à 18 ans. Ils présentent en grande majorité des difficultés d’affirmation, de communication avec un manque de confiance en leurs capacités, des problématiques d’addictions peuvent être repérées et des histoires de vie lourdes.

Pour certains d’entre eux un mal être se perçoit dans leur attitude (silencieux, recroquevillé sur sa chaise),qui  s’exprime dans les créations (dessins avec des personnages ayant des pansements - réalisation d’une pendue qui la représente dans  le passé) ou bien dans les écrits lorsque dessiner sur un thème en lien avec l’avenir devient difficile et génère des difficulté.

Les questions identitaires ressortent avec des perceptions ou certains se vivent comme très différents des autres interrogeant la question de leur place.

 

D’autres jeunes plus sereins en famille s’expriment facilement, prennent leur place avec confiance et viennent partager de bons moments en trouvant du plaisir à dessiner et à découvrir les thèmes proposés.

 

Malgré les divergences de profils, les relations restent très respectueuses, avec du partage lors de la restitution, de l’empathie, sans jugement sur autrui, valeurs posées et bien respectées par tous en atelier depuis son existence.

 

Bonne implication de tous les jeunes tout le mois d’octobre sur les principes des droits des enfants (mobilisation, intérêt pour le thème, réflexions entre jeunes, recherche sur internet…).

 

Compte rendu sur le déroulement des séances :

 

L’espace est agréable, l’ambiance se veut conviviale avec un fond musical et la possibilité de prendre des boissons et de goûter.

 

A chaque séance une consigne est posée par Clémence avec un thème pour la création qui a pour objectif de les amener à réfléchir, à se recentrer sur eux, sur leur monde intérieur, sur leurs perceptions du temps, de l’espace, du monde, de leur famille, de leurs désirs pour apprendre à se connaître, à être, à parler d’eux, à échanger, à partager avec d’autres et donc à cheminer dans leurs pensées pour une mise  en mouvement vers la réalisation de leurs projets.

 

Lorsque des difficultés sont perceptibles dans la réalisation, nous passons toutes deux pour écouter, rassurer, être en lien, comprendre ce qui résiste et trouver une passerelle (changement de support - utilisation de l’écriture plutôt que le dessin)...    

 

Une implication avec une participation des jeunes à l’atelier est constaté pour tous, dans un bon état d’esprit, avec un respect du cadre, des personnes et du matériel, ce qui a permis à chacun de se laisser aller à des créations, à dépasser la difficulté du commencement et de rendre compte librement de leurs réalisations, sans jugement de valeurs sur les autres.

La parole en lien avec leur intimité a souvent émergée en abordant librement leurs  interrogations, sur eux, sur le monde, sur leurs histoires familiales parfois bien compliquées....

 

Les temps « avant et après la séance » ont aussi toute leur importance car il se dit et se passe des choses de l’intimité qui génèrent des échanges parfois très riches pouvant permettre des réflexions avec des constructions pour les amener à trouver leur réponse.

 

Depuis septembre 2018, La MDA a décidé de nous attribuer une petite pièce servant de bureau pour Clémence, ce qui limite l’effectif des jeunes (6 maximum).

 

Des sorties ont pu également être effectuées avec des jeunes de l’atelier , au zoo du Lunaret avec la visite de la serre amazonienne pour une sensibilisation à l’environnement, à la pollution, aux conséquences de la destruction de la forêt, à l’atelier Slam à l’EPEI avec avec création d’un texte personnel, au CIO pour une orientation (à la demande du jeune), au Grau du Roi au Seaquarium avec Juan pour une découverte des fonds marins…) à Collias pour découvrir des espaces hors ZUP et une sensibilisation à l’environnement, à Palavas ou encore au bois des Espeisses pour le parcours santé.

Travail en lien avec les référents chargés du suivi du jeune :

 

Régulièrement un écrit éducatif est adressé à chaque éducateur référent pour rendre compte du suivi, avec nos perceptions, nos ressentis, nos pistes de travail...

La recherche d’un éclairage mutuel pour favoriser au mieux l’évolution du jeune fait partie de nos objectifs et les retours écrits ou oraux des collègues se révèlent positifs et très favorables à la continuité de cet atelier.