Bonjour à toutes et tous,

 

Tout d' abord, j'espère que chacune et chacun d'entre vous est en bonne santé, ainsi que tous les membres de votre famille.

 

Ce lundi 18 Mai aurait dû marquer le retour du voyage solidaire prévu en Casamance ( Niomoune …) depuis le 27 Avril. Les événements imprévisibles et le déferlement, à travers le monde du COVI 19 en ont décidé autrement. La vie de chacun d'entre nous et l' activité de l' APPEL en ont été profondément bouleversés, tant pour nos actions sur le territoire français que pour nos actions solidaires en Casamance.

A ce jour, nos informations semblent indiquer qu'aucun événement dramatique n' a frappé directement notre association, ses adhérents, ses sympathisants tant en France que chez nos amis Casamançais . La protection sanitaire reste une priorité et l' APPEL entend respecter scrupuleusement les règles en vigueur.

Pour l'instant, il est encore très difficile – et pas vraiment essentiel – de faire fonctionner normalement notre association. Les déplacements restent interdits dans quelques situations et les regroupements sont considérés comme dangereux pour la plupart d'entre nous ( nous sommes une population à risques ). Pour autant, l' APPEL n'est pas restée inactive et un certain nombre de projets ou programmes en cours ont nécessité des interventions de notre Président et de notre Trésorier ( Paiement de salarié pour le 1er trimestre, comptabilité, Annulation du séjour en Casamance d' Avril/ Mai, annulation de réunions de travail, etc ). Il est vrai que tous nos partenaires ( Administrations, Associations, P.J.J. ) étaient eux aussi confrontés à l' impossibilité - ou tout au moins de grandes difficultés – de fonctionner .

Depuis quelques jours , la situation évolue ( très lentement ) vers une reprise qui s' avère particulièrement complexe dans de nombreux secteurs de la vie sociale et politique .

 

En ce qui concerne l' APPEL, j'invite tous les membres du Conseil d' Administration, nos adhérents et nos sympathisants à se mobiliser, autant qu'ils le pourront au cours du deuxième semestre 2020 sur les points suivants :

 

    • Remise en route du fonctionnement de l' association en organisant des réunions et concertations , par tous les moyens disponibles autres que les rassemblements physiques ( correspondance, courriels, et même vision-conférences ).

    • Préparation des échéances statutaires qui ont été différées : Assemblée Générale (exercice 2019 ) et élection du Conseil d' administration .

    • Évaluation et bilan financier des actions réalisées en 2109 ; Art thérapie ;

      Bibliothèques et Lecture pour tous, Sécurité Routière.

    • Évaluation de la situation avec nos partenaires sénégalais [ NIOMOUNE et DJILACOUNE ] .Perspectives 2021.

-Par ailleurs, nous ( Président et Trésorier, avec l' aide de notre ami Claude ALLET ) avons profité du confinement pour faire le point sur nos problèmes et projets informatiques . La MAIF, nous a proposé en début d' année un outil informatique «  Mon asso facile » qui nous a paru particulièrement adapté à notre association , avec de plus une année d'essai gratuite. Cet outil devrait nous permettre d' améliorer notre gestion comptable, de gérer nos adhésions , nos contacts et nos dons de façon numérique, de disposer d'un site plus convivial ( en cours de construction par Claude ALLET ).

 

Tous ces points , vont nécessiter dans les semaines et les mois qui viennent, des prises de décision qui engagent l' avenir. Faute de pouvoir se rassembler – les réunions à la salle de l' Ambiance sont encore interdites.

 

Je vais proposer, dans les jours qui viennent, une réunion du bureau/C.A. Par correspondance, dont je vous détaillerai les modalités . Je compte sur votre participation .

J'invite aussi ceux d'entre vous qui ne l'ont pas encore fait, à verser votre adhésion au titre de l' exercice 2020 , ( voir les modalités avec notre trésorier Jacques GOULPIÉ 06 72 59 51 42 ).

En attendant les jours heureux, prenez bien soin de vous

Le 19 mai 2020

Pierre-marie CHAZE

 

 

 

PROJET STEMO CARPENTRAS PRESENTE PAR L'APPEL A LA FONDATION ORPEA

 

La Protection Judiciaire de la Jeunesse est issue du Ministère de la justice et s’occupe des mineurs soit en danger (maltraitance, isolement..), ou des jeunes ayant emprunté un parcours de délinquant suite à des difficultés multiples dans leurs parcours. Nous intervenons principalement suite à une décision du juge des enfants. L’association APPEL est une association locale qui œuvre depuis des années dans le champ de l’éducation à la jeunesse, l’inclusion sociale. Composée exclusivement de bénévoles, l’association APPEL est un partenaire qui nous soutient dans notre action et la recherche d’autres partenaires, de moyens notamment financiers et matériels.  

Le cadre de notre intervention est celui de l'action éducative et thérapeutique en milieu ouvert. L'action éducative conduite à l'égard d'un mineur en danger ou d’un mineur délinquant doit prendre en compte à la fois la connaissance et la reconnaissance de l'histoire culturelle, familiale et singulière de ce mineur et la portée de l'acte commis. Le mineur doit pouvoir accéder à ce principe de responsabilité, indispensable pour l'élaboration de sa propre personnalité, et retrouver une capacité d'échanges avec son environnement. Il s'agit également de suivre le mineur en appréhendant sa situation dans sa singularité, sa globalité et sa temporalité, en l'accompagnant et en visant une progression régulière du jeune malgré les difficultés rencontrées.

 

Une des difficultés du travail de milieu ouvert est de pouvoir tenir une position de « fil rouge » lorsque le parcours du jeune est émaillé de ruptures et que les structures ont déjà été sollicitées ou épuisé les possibilités de prise en charge.

Cela nécessite une présence plus importante auprès du jeune et une coordination des actions menées concernant son insertion sociale et professionnelle. Cela nécessite également une grande disponibilité de la part des professionnels sur les temps forts éducatifs : placement, rupture familiale, sortie de détention pour certains, l’approche de l’accession à la majorité…Cela demande un travail en lien étroit avec les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, les services d’Action Educative en Milieu Ouvert judiciaire, les services de médiation et de prévention, les structures d’hébergement, les établissements de soins, l’éducation nationale et les structures d’insertion.

L’action éducative définie ainsi demande une adaptabilité des modes d’intervention. Il s’agit de proposer un dispositif opérationnel qui permette de proposer à chaque jeune qui en aurait besoin une prise en charge de journée qui concoure à la mise en place du projet le mieux adapté à sa problématique.

Dans l’élaboration de ce projet la réflexion a été construite en trois temps :

  • Le repérage des objectifs de cette nouvelle mesure

  • La définition des contenus pertinents pour l’atteinte des objectifs

  • Les modalités opérationnelles déjà existantes ou à construire

Il y a donc une capacité d’accueil de 17 places en continu, ce qui représente 30 à 40 mineurs par an (durée moyenne de prise en charge autour de 6 mois). Il est à noter que cet accueil est mixte (filles, garçons) mais que des modules et des temps différenciés sont pensés et organisés en direction des filles qui sont moins nombreuses mais qui rencontrent des difficultés spécifiques et souvent accrues notamment en matière de santé et d’accès aux soins.

 

Principes d’accueil

  • Accueil de tous les jeunes quel que soit leur âge, leur profil et leur territoire (avec le respect des consignes en matière d’accès aux outils et machines-outils).

  • Principe d’entrées et sorties permanentes.

  • Principe d’un sas d’entrée permanent avec pour objectifs l’observation et l’évaluation de la situation commune au 3 types de modes d’entrée.

  • Principe d’un emploi du temps qui couvre au maximum 8 demi-journées de la semaine entre 9 h et 17 heures, plus tôt selon les activités et en mini-camp selon les chantiers.

  • Principe d’un emploi du temps individuel qui intègre les besoins spécifiques de chaque jeune.

  • Principe de la possibilité de petit déjeuner le matin pour chaque jeune et de repas de midi en commun, automatiques sur des activités à la journée et possibles selon les besoins repérés.

  • Principe de prise en charge collective et/ou individuelle selon les besoins repérés.

  • Principe d’accompagnement physique individuel le matin si nécessaire et pertinent.

  • Principe de la coordination des dispositifs insertion avec une animation pédagogique garante des articulations entre les différents intervenants.

 

Les besoins en terme de financement :

-Equipements informatiques au niveau pédagogique pour permettre accompagner l’accès à la recherche de stage et solutions d’insertion, réalisation de CV etc (2 000 euros),

-Intervention de formateurs Premiers Secours Civiques (PSC1) sur plusieurs sessions à l’année (2 000 euros),

-Location Véhicule 9 places à l’année (6 000 euros),

-Intervention Psychologue vacataire à l’année (20 000 euros)

Soit une demande de soutien de 30 000 euros.

Ces estimations pourront être accompagnées par la suite de devis circonstanciés.

Je reste disponible pour toute demande de précisions.

Cordialement

 

David TORRES

Directeur du Service Territorial Educatif de Milieu Oouvert de Carpentras

UEMO d’Orange, Mission Quartier Mineur du Pontet,

UEMO de Carpentras

78 Avenue Jean Jaurès

84 200 Carpentras

04 90 67 18 81

david.torres@justice.fr

06 10 91 15 72

                                                                               

 

 

C.R. de la rencontre APPEL-PJJ du 09/09/2019.

LE 9 SEPTEMBRE 2019

 

 

Cette rencontre se déroule à la Direction Territoriale de la P.J.J. rue du Mail à Nîmes, en présence de :

  • Mr Regès, Directeur Territorial, de son équipe de direction, et de tous les responsables des structures départementales (Nîmes, Alès, Bagnols, Mende.)

  • Mme Perrin, Mrs Chaze, Goulpié, Hébrard représentent l’association APPEL.

 

 

Suite à notre demande nous faisons le bilan de l’historique récent de notre partenariat :

 

Si des relations de terrain ont été maintenues en direct avec certains personnels et certains services pour mener à bien quelques projets (Art thérapie, radicalisation, camp de voile, sortie sportive) nous avons constaté pour cette dernière période la dégradation des relations institutionnelles entre l’APPEL et la PJJ (dossiers non suivis et prise de décision unilatérale concernant le local d’Alès par les services PJJ).

 

La nouvelle Direction Territoriale en la personne de Mr Regès, son directeur, prend acte des difficultés passées et nous informe de sa ferme intention d’améliorer les relations entre nos deux entités administratives.

 

Il compte bien mobiliser ses équipes de direction, toutes présentes à cette rencontre, et mettre en place un comité de pilotage pour faciliter la coordination de nos prochaines actions partenariales communes.

 

Une date sera prise très prochainement pour mettre en place ce comité de pilotage.

 

 

 

JM Hebrard

SYNTHESE DEBAT DU 24 OCTOBRE 2019

 

Bonjour,

Vous trouverez ci-joint la synthèse de notre réunion de travail qui
s'est tenue le Jeudi 24 Octobre 2019 à Nîmes sur le thème des
orientations de l' APPEL en matière de solidarité internationale .

Ce document constitue un relevé des conclusions de ce séminaire qui
regroupait une quinzaine d' adhérents de l' association.  Il a été
rédigé par Claude ALLET , formateur, qui a accepté bénévolement d'
animer cette réunion et d'en assurer le compte rendu .

Il appartient maintenant aux instances de l' APPEL , conformément aux
conclusions de notre Assemblée générale de Mars 2019, de faire bon usage
de ce travail collectif pour poursuivre nos actions de solidarité . En
tant que Président, je m'engage à veiller, avec l'aide du conseil d'
administration et de tous les adhérents et adhérentes, à ce que ces
conclusions nous aident à conforter les orientations et l' éthique de
nos actions de solidarité en Casamance  .

Je remercie Claude ALLET pour l' aide qu'il nous a apportée dans la
préparation et l' animation de cette soirée, qui fut tout à la fois
studieuse et conviviale , et pour la qualité de son compte rendu.

Je vous souhaite une bonne lecture, vos remarques et commentaires seront
bien sûr les bienvenus .

Pierre-Marie CHAZE

Conclusions du séminaire APPEL du 24 octobre 2019
La dernière mission en Casamance a révélé le besoin de redéfinir collectivement la vocation de l’association et ses modalités d’intervention en solidarité internationale.
Le séminaire avait pour ambition de déboucher sur une formulation partagée de la vocation de l’association, des objectifs de ses missions de terrain et des modalités à mettre en oeuvre pour assurer le succès de ces missions. Ce rapport présente une synthèse générale, suivie du compte rendu détaillé des différents ateliers.
La vocation de l’APPEL en solidarité internationale est double :
• contribuer à réaliser des projets des populations hôtes en apportant un appui technique et financier et en veillant à leur pérennité
• favoriser la découverte d’autres cultures en assurant un dialogue nourri avec nos hôtes
Les quatre piliers de la réussite des missions sont :
1. La définition concertée d’objectifs réalistes et pérennes
• Partage des éléments de contexte, contacts avec les autorités et populations locales
• Analyse des besoins exprimés, traduction en réponses possibles, chiffrage en compétences à apporter et budget, faisabilité
• Concertation au sein de l’APPEL et avec les correspondants locaux.
• Prise en compte des engagements de coréalisation des hôtes
• Examen des conditions de pérennité des actions
• Objectifs précis, choisis en commun avec les hôtes et l’APPEL
• Elaboration du budget global de la mission, durée, calendrier prévisionnel
2. La composition et l’éthique de l’équipe
• Recensement des compétences et aptitudes requises.
• Appel à candidatures sur les différents profils recherchés1
• Examen des candidatures, des motivations, des valeurs éthiques et du partage des buts de la mission2
1 Suggestion C. Allet : une telle démarche qui part du projet et non des volontaires parait plus cohérente
2 Le contrôle des valeurs éthiques et de l’adhésion aux objectifs de la mission est essentiel
2
• Choix des candidats retenus et définition des rôles de chacun3
3. Les modalités de décision et de régulation
• Désignation d’un référent par vote des membres de l’équipe, sans candidature préalable 4
• Mise au point des principes de fonctionnement du groupe et des modes de règlement des problèmes5
• Organisation de la préparation de la mission
4. La proximité avec les populations
• Définition concertée des objectifs d’échanges avec les hôtes6
• Règle de vie à adopter pendant la mission
• Passage de relais pour garantir la pérennité des actions réalisée
__________________________________________________________________________________ Compte-rendu détaillé des ateliers
Atelier 1 : Quelle est la vocation de l’APPEL en solidarité internationale ?
La vocation de l’APPEL repose sur cinq piliers :
1. Apporter de l’aide
• Aide au développement
• Aide à la santé
• Apporter de l’aide : médical, enseignement, écologie
• Apporter notre aide matérielle, technique et intellectuelle éventuellement
• Solidarité avec les populations
• Réaliser des chantiers solidaires
2. Ecouter les besoins des habitants et coréaliser les actions avec eux
• Coréalisation avec les habitants
• Partenariat
• Participer à des actions collectives en lien avec les populations locales
• Etablir un partenariat avec les différentes populations et non un assistanat
• Être et rester en contact des besoins des gens et non pas leur imposer nos idées
3 Chaque participant sait dès le départ le ou les rôles qui lui sont attribués
4 Suggestion C. Allet : un tel système conduit à une désignation sans perdant. Chacun vote pour celle ou celui qu’il souhaite avoir comme référent. C’est celui qui recueille le plus de voix qui, s’il l’accepte, endosse ce rôle de référent.
5 La mise au point en concertation des règles de vie que se donne le groupe est importante. Le référent aura pour rôle de les rappeler et les faire respecter.
6 La mission doit aussi se donner des objectifs d’échanges avec les hôtes. Que veut-on découvrir, comprendre ou approfondir avec eux ?
3
3. Suivre et pérenniser les actions engagées
• Pérennité des actions
• Suivre les projets et les pérenniser
4. Renforcer l’ouverture et la découverte d’autres cultures pour les membres de la mission
• Découvrir d’autres cultures
• Favoriser l’ouverture des jeunes en difficulté à d’autres personnes en difficulté
• Rencontres et connaissance des autres
• Créer du lien
• Rencontrer les autres
• Partager, échanger
• Voyager en groupe
• Réciprocité
• Ouvrir des possibles
5. Renforcer les échanges et les liens avec les habitants et au sein de l’équipe
• Tolérance
• Être à l’écoute
Atelier 2 : les clefs de réussite des missions de terrain
Une mission réussie c’est :
1. Des objectifs concertés avec les habitants, bien préparés et partagés par toute l’équipe
• Les objectifs sont atteints
• Quand nos projets ont été bien définis avec nos interlocuteurs et réalisés
• Quand elle est bien préparée
• Quand les objectifs ont été précis et bien préparés
• Quand on dispose d’une connaissance approfondie du monde dans lequel on débarque
• Les objectifs matériels préalablement définis ont été atteints : rénovation de locaux collectifs, acheminement et mise en place de matériels
• Concertation sur les besoins
2. Une participation active des autochtones
• Partenariat, relations avec la population et les autorités locales
• Echanges techniques, mise en commun des ressources
• Dialogue permanent avec les autorités
3. La satisfaction de chacun des participants (groupe et locaux)
• Quand tout le monde est content : les membres du groupe et le village
• Quand tout le monde veut revenir
• Quand la réalisation profite au plus grand nombre
• Il faut qu’il y ait satisfaction, mais sans intérêt lucratif pour les participants
4
4. La pérennité des actions réalisées
• Quand elle est suivie
5. La qualité des échanges avec la population (connaissance et ouverture d’esprit)
• Une mission demande de la tolérance et de la transparence
• Quand il y a de la réciprocité
• Questionnement personnel et collectif
• Echanges culturels, relations avec la population
Atelier3 : Imaginons une mission idéale par analogie
Une mission idéale c’est :
• Des échanges et une entente sur les objectifs définis
• Des objectifs bien clairs pour tout le monde
• Mettre son égo de côté pour réussir la mission
• Une organisation et une discipline collective
• Du respect des consignes
• Un soutien mutuel, les jours de faiblesse
• Rester dans la démarche collective, au-delà des différences
• Des réflexions et des échanges sur l’organisation et le déroulé de l’action
• Une ténacité collective pour atteindre les objectifs
• La pérennité de l’action
• Des bénéfices concrets
• Une chaleur humaine, pastis, fraternité
• Une bonne gestion de la fragilité des relations humaines
• Faire quelque chose de beau
Atelier 4 : Efficacité et motivation
En mission, on pourrait être plus efficace et mon rôle serait plus motivant si …
1. Les objectifs sont clairs, précis et partagés et adaptables sur place
• Si je suis bien informé du but de la mission
• Si je suis en accord avec le but de la mission
• Si les objectifs sont clairs et précis
• Si les objectifs étaient clairement définis avant le départ
• Si les objectifs sont clairs et adaptables sur place
2. On utilise et on s’ajuste aux compétences et aptitudes de chacun
• Si je sais exactement ce que je dois faire
• Si on me laisse agir suivant mes compétences (objectifs cibles)
5
• Si j’avais plus de connaissances techniques
• Si j’avais quelques années de moins
• Si j’étais en meilleure santé
• Si on m’avait fait plus confiance, comme ayant préparé ma mission en amont
• Si chacun savait pourquoi il est venu, en termes de mission
• Si tous les participants participaient aux travaux communautaires avec assiduité et que je sois plus compétent pour les travaux
• Si on pouvait intégrer des jeunes lors des séjours
3. On dispose d’une très bonne connaissance du contexte, des réseaux, des appuis sur place
• Si on pouvait rencontrer les autorités locales avant le départ
• S’il y avait une meilleure participation aux réunions de nos amis africains
• Si je n’habitais pas au Sénégal l’hiver
• Si on avait une meilleure connaissance du contexte et des autochtones
• Si j’ai déjà voyagé et que je connais les gens du pays
4. Le voyage est bien préparé ici et là-bas
• Si les tâches étaient clairement définies à l’avance
5. Un référent rappelle le cadre, soutient les équipes et définit les rôles de chacun
• Si mon chef de groupe m’avait aidée et soutenues : liens avec les autorités, résolution de problèmes
6. Un soutien mutuel
• Si l’ensemble des participants m’avait soutenu dans mon action
7. Solidarité : oui ; tourisme : non
• Si tous les participants partaient dans le cadre de la solidarité et non dans l’idée du tourisme Club Med
• Si l’éthique de solidarité est partagée
Atelier 5 : Comment échouer à coup sûr ?
Pour être sûr que la mission soit un échec, il faut …
• Mélanger les enfants (moins de 15 ans) et les adultes
• Constituer des groupes de plus de 12 personnes
• Partir avec un chef autocrate
• Être dans le flou artistique sur les objectifs
• Ne pas avoir consulté la population
• Se fixer des objectifs hors de notre portée
• Multiplier les projets individuels sans cohérence entre eux
6
• Ne pas préparer les différentes interventions
• Un crash d’avion
• Avoir au départ des actions non budgétées
• Des objectifs démesurés
• Ne pas sympathiser avec les populations locales, rester entre toubabs
• Se conduire avec un comportement non respectueux des autres : noirs, femmes, groupe
• Racisme ordinaire
• Manque d’empathie, d’écoute, de respect
• Ne pas découvrir la culture locale, notamment la cuisine. Ne pas s’adapter
• Imposer sa culture
• Imposer un point de vue, une décision tant au groupe qu’aux partenaires
• Ne pas avoir de responsable de groupe ou d’action

ASSEMBLEE GENERALE DE KAFOSAZE  SAMEDI 7 . 09  . 2019

 

Pierre marie CHAZE, Président et jacques GOULPIE, trésorier, ont participé à l'Assemblée Générale de l'association KAFO SAZE avec qui nous entretenons des relations régulières depuis plusieurs années. C'est d'ailleurs après des échanges avec eux que l'APPEL a choisi il y a 3 ans de s'orienter vers des actions solidaires dans le village de NIOUMOUNE (commune de KAFOUNTINE). La Présidente Marie Laure LAFOND a présenté le rapport moral et d'activités pour l'exercice 2018.

Nous avons été particulièrement attentif au rapport d'activités de l'année 2018 - largement approuvé par l'assemblée générale - qui montre que malgré certaines difficultés fonctionnelles, l'association KAFOSAZE conduit une action efficace, évolutive dans le respect des temporalités spécifiques de ses partenaires ( la commune de Kafountine et les autorités locales de Boune).

Action historique de l'association, La bibliothèque de Kafountine est en pleine évolution (changement de local,signature d'une convention avec la Mairie qui prend en charge le loyer du local). A terme la bibliothèque devrait en 2019 passer sous l'autorité de la commune. Cette autonomie sera aussi garantie par un comité de gestion et d'animation qui comprend les 2 bibliothécaires, des représentants de la commune, le directeur responsables des écoles des la commune et des membres de KARO SAZE

La situation des bibliothécaires sera consolidée par des "contrats de prestation" CDD de 2 ans pui CDI à temps partiels.

KAFOSAZE continuera à s'impliquer par l'apport d'ouvrages et en se proposant de rester " personne ressource"

Pierre Marie CHAZE

AUTRE POINT DU RAPPORT D'ACTIVITE : EVOLUTION DU PARRAINAGE

LA MOBILISATION DE LA POPULATION PERDUE

Le travail mené par les membres de l'association au cours des missions depuis plusieurs années à permis de faire émerger, une prise de conscience de la nécessité d'une scolarisation suivie et accompagnée tant de la part des parents que celle des élèves.

Après de longues discussions avec les étudiants, anciens élèves parrainés de Boune, il est apparu qu'ils étaient prêts à s'investir dans la gestion du parrainage et qu'une nouvelle dynamique pouvait s'instaurer.

La population Bounoise s'est organisée sous forme d'une commission Education constituée "d'anciens" mais surtout de jeunes étudiants très motivés. Ceux-ci s'impliquent très concrètement dans l'action et la réflexion et sont force de propositions.

* ils rencontrent les responsables des établissements scolaires avec les membres en mission;

* ils participent aux entretiens individuels des élèves avec les membres en mission, mais mènent aussi en leur absence des discussions qui vont au-delà d'un simple questionnement sur les résultats scolaires. La qualité de vie (temps de repos, temps de travail scolaire, conditions de confort ( éclairage, table...), alimentation) est largement prise en compte ainsi que les difficultés plus personnelles des élèves;

* ils gèrent les demandes de formation en donnant aux intéressés les documents à remplir, en les aidant si nécessaire dans la rédaction et en transmettant si besoin ces demande à l'association.

* ils gèrent la collecte des bulletins scolaires et la distribution des trousseaux;

* ils précisent aux élèves que la démarche de KAFO SAZE a pour but de les accompagner, les orienter, les suivre et les conseiller, et non de les contrôler et les sanctionner.

Comme nous le souhaitions dès le départ, notre action est de plus en plus basée sur une dynamique d'accompagnement et d'autonomie. Cette dynamique permet aux parents et surtout aux élèves de mieux comprendre la démarche de KAFO SAZE

RENCONTRE APPEL CCAS D'ALES

 

 

Pierre marie Chaze et Jacques Goulpié sont allés rencontrer Mme Veyret,adjointe à la mairie d'Alès en charge de l'action sociale,et Mme Riou directrice du CCAS d'Alès ,à leur demande.

Cette rencontre fût cordiale et chaleureuse.

D'une part nos interlocuteurs souhaitaient mieux connaître l'Association pour la Promotion Professionnelle et de Loisirs,sa place son rôle,ses missions ; d'autre part cette rencontre nous donnait l'occasion d'expliquer nos objectifs et les moyens que nous nous donnions pour rendre effectif la mise en place de nos projets .

Cet échange a surtout montré combien l'action sociale devenait compliquée dans un contexte difficile et peu favorable et combien chaque acteur avait une grande importance.

Nous avons aussi insisté sur notre travail avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse que ce soit dans l'aide individuelle auprès des mineurs et jeunes majeurs et que dans la mise en place et au montage d'actions ou l'APPEL pouvait être maître d’œuvre ou organisatrice ; toujours en liaison avec un personnel social ou éducatif.

Par ailleurs, la Mairie et le CCAS sont confrontés à toute la palette de l'action sociale qui concernent les familles,les enfants,les « sans domicile fixe », les immigrés ( en particulier les mineurs même si c'est une mission du Conseil départemental)... etc,missions particulièrement diverses mais oh combien difficiles.

Nous nous sommes quittés avec le désir de continuer nos échanges et de monter éventuellement des actions dans le cadre de nos statuts

COMPTE RENDU VOYAGE CLEMENCE GARRIGUES GOULPIE

Vue de Niomoune

local alès